Chronique de l’église universelle – Oct. 2023

Créé en 1994, Sabeel (le chemin, le chenal, ou la source, en arabe) est un Centre œcuménique de théologie de la libération établi à Jérusalem et Nazareth. Il réunit des chrétiens palestiniens soucieux d’aider leurs Églises respectives à témoigner du message de l’Évangile, en apportant une parole d’espérance, de droit et de réconciliation, dans la situation d’occupation et d’oppression, que vit la population palestinienne.  Ils invitent aussi tous les chrétiens du monde à retrouver, dans l’Écriture sainte, le message de libération, de justice, de pardon et de paix, qu’elle a toujours été.

Je suis modestement membre d’honneur du comité de Sabeel-France et reçoit chaque semaine la veille d’informations et de prière que publie Sabeel et qui est traduite en français*. Il m’a semblé important de vous faire découvrir le communiqué que Sabeel a publié dès les premiers jours du drame qui touche israéliens et palestiniens, et interroge tous ceux qui sont attachés à la paix. JAC

*Vous pouvez la recevoir en vous adressant à : amisdesabeel@gmail.com ou en consultant le site : https://amisdesabeelfrance.blogspot.com/

Déclaration du Centre œcuménique de théologie
palestinienne de libération Sabeel, 11 octobre 2023

 DIRE LA VÉRITÉ

De terribles actes de violence se poursuivent entre les forces israéliennes et des groupes armés de la résistance palestinienne, faisant des milliers de morts et de blessés des deux côtés, dont beaucoup de civils hommes, femmes et enfants. Cette escalade dévastatrice survient à la suite d’une attaque surprise du Hamas contre Israël et alors que les dirigeants israéliens agitent la menace de violences et de destructions à long terme.

L’avenir tel que nous l’envisageons à Sabeel est un avenir dans lequel chaque vie a une valeur intrinsèque et dans lequel chaque individu doit pouvoir jouir de la liberté et de la sécurité, quelle que soient ses origines ou son identité. Sabeel condamne et déplore la perte tragique de toute vie et toute forme de souffrance humaine. Nous rejetons catégoriquement toute forme de violence, et nous affirmons que l’unique voie à suivre est celle de la non-violence.

Cela fait maintenant 75 ans que la Nakba a eu lieu, 57 ans que nous vivons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est sous une occupation militaire brutale, et 16 ans qu’un étouffant blocus militaire est imposé à Gaza. Face à cette histoire apparemment sans fin de dépossession et de mort, des groupes armés de la résistance palestinienne ont lancé un assaut sans précédent qui a mené entre autres au massacre tragique de civils israéliens. En réponse, le gouvernement israélien a lancé des frappes aériennes, des campagnes de bombardement aveugles et des actions de riposte qui s’apparentent à des crimes de guerre, avec en plus une rhétorique génocidaire, contre la population civile de Gaza. Les récents événements ont causé la mort tragique et blessé de nombreux Israéliens et Palestiniens, et des civils ont été enlevés.

Alors que nous suivons attentivement l’évolution des événements, il est essentiel que nous nous rappelions les faits suivants :

  • Cela fait plus de 75 ans que les Palestiniens sont attaqués, dépossédés et déshumanisés par le sionisme.
  • La poursuite des politiques israéliennes de déplacement, d’apartheid et d’occupation a été facilitée par le soutien de plusieurs grandes puissances mondiales, notamment les États-Unis, qui restent profondément impliqués dans ce conflit.
  • Au cours de l’année écoulée, un virage extrême du gouvernement israélien vers l’extrême droite a encore intensifié l’occupation militaire et l’a rendue impitoyable. Le peuple palestinien est confronté à des expulsions violentes, des démolitions de maisons, des massacres, des états de siège et des refus quotidiens de sa dignité humaine.
  • Des incidents récurrents et souvent violents se produisent dans lesquels des extrémistes juifs et les forces israéliennes perturbent le droit à la liberté de culte, prennent d’assaut la mosquée musulmane Al Aqsa à Jérusalem, en essayant de revendiquer le site et en intimidant des fidèles pacifiques.
  • Les autorités israéliennes ont imposé des restrictions exceptionnelles aux chrétiens palestiniens et à leurs Églises, en particulier lors de leurs fêtes religieuses. Les attaques de groupes juifs radicaux contre les communautés chrétiennes et leurs propriétés se poursuivent sans véritable, voire aucune réaction de la part des autorités israéliennes.
  • Au fil des ans, la population de Gaza a été étouffée par un blocus israélien strict à la fois aérien, maritime et terrestre, un blocus qui enferme deux millions de personnes et les prive de leurs droits humains fondamentaux. Ces derniers jours, Israël a empêché toute livraison de nourriture, de fuel, d’électricité et d’eau à Gaza.
  • Les prisonniers palestiniens, y compris les enfants, sont régulièrement agressés, ligotés, se voient les yeux bandés, sont traînés hors de leur domicile aux premières heures du jour par les forces d’occupation israéliennes, et sont souvent détenus durant des mois voire des années sans inculpation formelle ni jugement dans des prisons militaires. Les protestations pacifiques contre ces politiques, même sous la forme de grèves de la faim, sont durement réprimées.
  • Beaucoup de logements palestiniens dans de nombreux villages et villes sont incendiés par des colons israéliens ou démolis lors d’opérations militaires.
  • Des communautés palestiniennes entières ont été contraintes de quitter leurs maisons et leurs terres ancestrales, parfois simplement pour faciliter des exercices militaires israéliens.

Depuis 75 ans, les politiques israéliennes s’articulent autour de déplacements de populations, de l’occupation militaire et de la maintenance d’un régime d’apartheid. Les souffrances endurées au cours de ces années sont étroitement liées au rôle joué dans ces troubles par la communauté internationale, tout particulièrement par les États-Unis et d’autres grandes puissances comme le Royaume Uni, le Canada, l’Australie et d’autres encore. En soutenant constamment Israël, les États-Unis et d’autres puissances alimentent indirectement la violence actuelle. L’aide militaire incontrôlée, la protection diplomatique et l’énorme soutien financier des États-Unis contribuent à renforcer les politiques actuelles d’Israël. Le soutien indéfectible à l’armée israélienne ne fait que perpétuer le cycle de la violence.

À la lumière de ces défis, les soussignés s’engagent en faveur de la non-violence, sur la base des convictions suivantes :

  • La puissance de l’armée israélienne et de ses affiliés est inégalée, mais ce n’est pas la violence qui apportera la victoire.
  • La non-violence est une force puissante. Elle permet la participation collective des Palestiniens, des Israéliens et de la communauté internationale. La voie de la non-violence est celle qui aura le plus d’impact.
  • Notre lutte ultime n’est pas dirigée contre des individus, mais contre le mal. La violence nuit aux personnes, mais notre véritable adversaire est le mal inhérent à l’occupation et aux idéologies racistes, qui peuvent être vaincues par le bien, car Dieu est l’incarnation du bien.
  • Nous défendons la non-violence parce qu’elle est en résonance avec les principes divins établis par le Créateur. Les voies de Dieu sont comme la pluie : elle tombe partout et arrose les opprimés comme les oppresseurs. Ce sont ces voies de Dieu que nous défendons.

À tous ceux qui croient en la résistance armée et qui l’exercent, nous voulons dire :

1. Rejetez la violence, elle n’est pas la solution. Ne vous laissez pas gouverner par la colère ou la vengeance.

2. À ceux qui continuent à se cramponner à leurs armes, nous vous supplions d’adhérer aux Conventions de Genève et aux lois qui gèrent les conflits armés. Le respect du caractère sacré de la vie des civils est un principe commun à toutes les religions et à toute morale humaine. Que tous les combattants s’abstiennent de détruire aveuglément des vies humaines et adhèrent, au minimum, aux principes de distinction, de proportionnalité, de nécessité militaire et de traitement équitable des prisonniers, et qu’ils s’abstiennent de tous moyens intrinsèquement mauvais.

3 Nous sommes reconnaissants envers tous ceux qui ont choisi d’observer le droit humanitaire international, même au milieu de tant de dévastations.

Nous invitons nos amis, nos partenaires et tous ceux qui se consacrent à la justice, à la paix et à la réconciliation à soutenir notre mission non violente. Les politiques de déplacement, d’occupation militaire et d’apartheid menées de longue date par le gouvernement israélien doivent être démantelées, mais cela ne doit pas se faire au détriment de nos valeurs et de notre humanité. L’élimination de l’autre n’est pas une option viable. Soutenez-nous dans nos efforts non violents.

La communauté internationale doit comprendre qu’une paix durable et la fin de toute violence sont indissociables de la recherche d’une véritable justice basée sur le droit international. Les Palestiniens appellent à une résolution équitable de l’injustice causée par la Nakba, à la fin de l’occupation militaire qui dure depuis 1967, et à la fin du système d’apartheid. La ténacité et l’esprit du peuple palestinien sont inébranlables, leur « soumoud » (persévérance inébranlable) reste évident. La majorité non violente des Palestiniens, de concert avec nos amis israéliens et internationaux, doit continuer à être créative et courageuse, ce sont là ses principaux outils. Et il est impératif que tous ceux qui cherchent la libération, la justice et la paix en Palestine et en Israël s’encouragent et se soutiennent les uns les autres.

Cette déclaration du Centre œcuménique de théologie palestinienne de la libération Sabeel à Jérusalem est approuvée par toute une série d’organisations internationales, dont aussi les Amis de Sabeel France, qui ont traduit cette déclaration.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.