Demain pourra-t-il rester comme hier, y compris dans la pratique religieuse ?

Par Jean-Arnold de Clermont

Peut-être le temps de confinement que vous vivez vous donne le temps de lire. Je vous propose, à travers cet article de The Economist du 11 avril, (en traduction rapide) un tour d’horizon des religions dans le monde face au Covid 19. Chacune avec ses hauts et ses bas. Et une question : demain pourra-t-il rester comme hier, y compris dans la pratique religieuse ?

Mais avant cet article, deux informations venant du monde juif, qui illustrent bien les réponses apportées à cette crise « sans précédent ».

Dans une décision sans précédent à la fin du mois dernier, certains rabbins orthodoxes à Jérusalem ont assoupli des interdictions généralement strictes sur l’utilisation de l’électricité, permettant aux familles de se connecter sur Zoom pour le Seder de la Pâque.

Au Royaume-Uni, l’agence de certification casher de Londres Beth Din, la plus grande d’Europe, a bouleversé 500 ans de tradition en autorisant certains produits qui ne sont pas casher pour la Pâque à être utilisés pour le Seder «in extremis», même s’ils n’avaient pas été fabriqués sous surveillance rabbinique spéciale.  “Nous sommes parfaitement conscients des pressions de cette période sans précédent”, a déclaré dans un communiqué le rabbin Jeremy Conway, directeur de la division casher de l’agence. “Cette liste doit être utilisée lorsque les produits supervisés réguliers ne sont pas disponibles, ou pour les personnes plus âgées ou isolées qui ne peuvent donc pas faire leurs courses elles-mêmes ou se faire livrer des produits Pessa’h (Pâque) à leur domicile.”

The Economist , 11 avril 2020

Extraits de l’article :

La pandémie de coronavirus a révélé des fissures au sein des religions.

Les fidèles suspendent les rites jusque-là considérés comme vitaux.

Au cours des 2 000 ans qui se sont écoulés depuis que l’histoire de Jésus a été racontée à Rome, ses disciples n’ont jamais vu une Pâques comme celle-ci. Dans le catholicisme, le moment le plus émouvant du drame pascal survient le Vendredi Saint lorsque le pape conduit les fidèles en procession, avec 14 arrêts, décrivant les pas de Jésus vers son exécution. Cette année, cela s’est avéré impossible. Il a été annoncé qu’à la place, le pape François se déplacerait sur une place vide de Saint-Pierre.

Deux jours plus tard, le 12 avril, au lieu de proclamer la résurrection de Jésus à une multitude, il officierait presque seul dans sa vaste basilique.

Des millions ont pu le voir, mais uniquement électroniquement.

Les urgences passées, des récessions aux guerres, ont galvanisé les gens à trouver un nouveau sens dans les anciens rituels. Mais rien n’a préparé les croyants au monde du Covid-19, dans lequel ces rituels, les gestes et les rassemblements au cœur de leur identité, sont devenus un danger public. Pour les religieux innovants qui utilisent déjà la technologie en toute confiance, la crise va accélérer cette tendance.

Mais pour les confessions plus établies, les réactions ont varié, allant de l’agrément modéré à la défiance. Covid-19 n’a généralement pas élargi les fissures entre les religions. Par contre, il a élargi les rangs à l’intérieur de toutes les grandes religions. Elles se disputaient déjà pour savoir à quel point les anciennes croyances pouvaient vivre avec des vues modernes sur l’origine de la Terre. La pandémie aggrave le fossé entre ceux qui se méfient de la science et ceux qui respectent les laboratoires.

Pour certains, la perplexité est palpable.

Le patriarche de l’orthodoxie russe Kirill a déclaré le 29 mars: “Je prêche depuis 51 ans … J’espère que vous comprenez combien il m’est difficile de dire aujourd’hui, abstenez-vous de fréquenter les églises.”

Parmi les adeptes du christianisme oriental, beaucoup ne le feront pas: les religieux en Géorgie, par exemple, ont continué à offrir aux fidèles du pain et du vin consacrés, « par lesquels il est impossible, insistent-ils, de subir un préjudice ». 

Le pape François a semblé plus sûr: «Une obscurité épaisse s’est accumulée sur nos places, nos rues et nos villes; il a envahi nos vies, remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide affligeant. »

Mais la réponse la plus large de la foi occidentale n’a pas été impressionnante, soutient Marco Ventura de l’Université de Sienne. “Même pour de nombreux croyants, les médecins sont les nouveaux prophètes.”

Tous les chrétiens ne sont pas d’accord.

Certains évangéliques américains, y compris les soutiens explicites de Donald Trump, ont été des négationnistes téméraires du Covid-19. Un prédicateur en Floride, Rodney Howard-Browne, a été brièvement arrêté le 30 mars après avoir amené les gens à célébrer, insistant sur le fait qu’il pouvait neutraliser le virus. Certains politiciens semblent à moitié en sympathie. Deux jours plus tard, le gouverneur de l’État, Ron DeSantis, a inscrit les activités religieuses parmi les «services essentiels» qui pourraient se poursuivre (sans foule) malgré le confinement. Dans au moins une douzaine d’autres États, ces activités n’ont pas été entravées.

La rage séculariste a augmenté depuis que les premières poussées de l’épidémie ont été attribuées à l’insouciance religieuse.

En Corée du Sud, des centaines de membres de l’Église secrète Shincheonji de Jésus ont contracté le virus dans des services bondés et l’ont propagé. Le gouvernement s’est plaint que l’église ne coopérait pas pour les retrouver. Plus tard, son chef s’est excusé.

Un rassemblement islamique en Malaisie en février a aidé à propager le virus dans les pays voisins. 

Ailleurs, des ecclésiastiques libéraux, des rabbins et des imams ont répondu aux appels à suspendre les rassemblements. Mais chez les gens ordinaires, l’ordre d’arrêter leurs rituels chéris ressemble à une sombre conspiration. «Même les communistes n’ont pas complètement interdit les services de Pâques» est un refrain en Europe de l’Est.

Dans le judaïsme, beaucoup ont réagi de manière créative, acceptant, par exemple, qu’un minyan, le quorum de dix membres pour le culte, puisse se réunir par voie électronique. Les ultra-orthodoxes, ou Haredim, ont cependant enfoncé leurs clous. En Israël, le bastion Haredi de Bnei Brak a été un hotspot Covid-19. Les gens ont insisté pour se rassembler pour les prières, les mariages et les funérailles, défiant le confinement et exacerbant les tensions chroniques entre les Haredim et l’État. 

Ailleurs, des fanatiques déjà en désaccord avec l’État ou avec des pouvoirs religieux établis ont trouvé dans le virus un nouveau champ de bataille.

En Irak, Muqtada al-Sadr, un ardent religieux, a défié le grand ayatollah Ali al-Sistani, un chef chiite qui a dénoncé ceux qui ont propagé le virus comme des meurtriers. Le 5 mars, M. Sadr a prié à l’entrée du sanctuaire Imam Ali à Najaf jusqu’à ce que les gardiens ouvrent les portes en teck. Il est resté ouvert et les personnes en deuil portent leurs morts dans des cercueils autour du mausolée de l’Imam Ali. Le prédicateur radical a qualifié le coronavirus de punition pour le mariage gay, tout comme certains chrétiens fondamentalistes.

Là où l’État contrôle largement l’islam, comme il le fait dans les monarchies du Golfe, les ordres de suspendre les prières du vendredi ont été respectés. Les Saoudiens ont demandé aux pèlerins de différer tout projet de faire le hadj en juillet. Mais lorsque le ramadan commencera vers le 23 avril, les autorités de tous les pays islamiques auront du mal à restreindre les repas en commun pour rompre le jeûne. 

En Iran, l’un des pays les plus touchés, les autorités religieuses détiennent le pouvoir ultime. Leur décision, le 16 mars, de suspendre les pèlerinages vers des lieux saints, y compris ceux de la ville de Qom d’où l’infection s’était propagée à d’autres pays, a été critiquée comme trop tardive par les libéraux laïques, trop sévère par les ultra-dévots. 

L’Inde est l’un des nombreux endroits où les politiciens doivent collaborer avec les forces religieuses. À Ayodhya, revendiquée comme le lieu de naissance de Rama, les autorités ont tenté avec des résultats mitigés de limiter les célébrations du dieu hindou. Il a été laissé aux organisateurs hindous d’encourager la retenue; ils ont obéi à contrecœur. 

Sur le spectre des réactions, l’Eglise catholique se démarque comme respectueuse de la science. Le Saint-Siège d’aujourd’hui diffère de celui qui, au cours des siècles, a persécuté les astronomes. Mais certains critiques, y compris les catholiques américains conservateurs, voient dans sa réponse modérée la faiblesse plus large de l’église.  Le contraste entre les catholiques prudents et les évangéliques a été net au Brésil. Les évêques et les politiciens catholiques ont coopéré à la suspension des services, tandis que le président Jair Bolsonaro, un évangélique qui a appelé le virus “juste un reniflement”, a rejoint ses coreligionnaires dans des batailles légales pour garder les églises ouvertes.

En fin de compte, la survie des religions peut dépendre de leur capacité à expliquer aux adeptes, selon leurs propres termes, pourquoi leur devoir spirituel consiste désormais à suspendre des rites jusque-là considérés comme vitaux. Comme le note Shadi Hamid de la Brookings Institution, un think tank, la jurisprudence musulmane a admis que la survie humaine peut l’emporter sur d’autres normes: un musulman peut manger du porc interdit plutôt que de mourir de faim. Pour les juifs à l’esprit libéral, l’idéal du ‘tikkun olam’, ou de réparer le monde, est plus élevé que les règles régissant la prière ou le régime alimentaire.  La communion, au cours de laquelle les chrétiens consomment du pain et du vin que certains croient avoir été transformés en corps et en sang de Jésus, soulève des défis particuliers. Les chrétiens soucieux des règles trouvent une Eucharistie électronique intenable: le rituel doit être physique.  Et pourtant, l’enseignement chrétien traditionnel peut aussi avoir des choses hygiéniquement utiles à dire. Il affirme que le monde entier est mystérieusement béni chaque fois que le pain et le vin sont sanctifiés, quel que soit le nombre de ceux qui sont présents. Cela explique la détermination des évêques grecs à célébrer «à huis clos» ce mois-ci les services menant à la Pâque orthodoxe.  James Alison, prêtre catholique radical, propose une solution à la fois révolutionnaire et traditionaliste. Il encourage les ménages à pratiquer le «culte eucharistique» à la maison: bénir le pain et le vin et invoquer la présence de Jésus. Son approche, dit-il, affirme l’intimité et le mystère du culte classique, mais remet en question l’idée d’une caste de célébrants. Comme il le fait remarquer, le manque de main d’œuvre dans certaines parties de la chrétienté incite déjà à repenser le rôle des prêtres: le virus pourrait être le coup de grâce. Le pape François a appelé la pandémie «un temps pour séparer ce qui est nécessaire de ce qui ne l’est pas». Certains peuvent le croire sur parole.

Print Friendly, PDF & Email

Un commentaire

  • Intéressant de voir combien les rites ont la vie dure : dans ces conditions exceptionnelles, on aurait pu espérer moins de réticences à amodier pour un temps les rites.
    J’ai trouvé remarquable, il y a 15 jours, à l’émission Présence Protestante de la TV France 2, l’auditoire confinée était priée de chercher un morceau de pain et un fond de verre de vin pour participer ”via internet” à la Sainte Cène

    de Mathieu Prevot

    Répondre

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.