Chronique de l’Eglise Universelle

Nous nous demandons parfois à quoi servent ces organismes européens ou mondiaux, créés par nos Eglises… Voici un bon exemple, à mon avis, de la manière dont ils exercent leurs responsabilités. Et un appel à participer à leurs efforts, à notre place, aussi modeste soit-elle. JAC.

Un nouveau rapport et un kit de ressources pour lutter contre les contenus haineux en ligne ont été publiés par WACC Europe, la région européenne de l’Association mondiale pour la communication chrétienne.  Intitulé «Briser les fractures des médias sociaux: un guide pour les individus et les communautés pour lutter contre la haine en ligne», le rapport a été lancé lors d’un webinaire le 13 octobre. 

S’exprimant lors du lancement, le Dr Elizabeta Kitanovic, Secrétaire exécutive pour les droits de l’homme de la Conférence des Églises européennes (KEK), a expliqué comment la KEK a organisé une université d’été sur les droits de l’homme en 2019 qui a examiné les discours de haine et les crimes de haine contre les groupes vulnérables dans la société.  «La montée du populisme politique à l’échelle mondiale souligne le besoin dans la société d’avoir un dialogue basé sur les faits et aussi de rechercher des solutions adéquates à la complexité des problèmes politiques», a déclaré Kitanovic.  «La liberté d’expression inclut le droit de ne pas être d’accord ou d’exprimer son aversion, mais bien sûr, la façon dont nous parlons des autres a des limites morales et légales», a-t-elle ajouté. 

Le rapport propose des études de cas, des conseils et des stratégies, ainsi que des ressources pour de nouvelles actions et des exemples spécifiques de la manière dont les gens ont réagi à un contenu en ligne haineux. Il est le résultat d’un projet d’un an visant à identifier et promouvoir des stratégies de lutte contre le discours de haine en ligne. 

Stephen Brown, président de WACC Europe, a déclaré: «Les médias sociaux étant désormais une caractéristique de nos vies, nous devons trouver des moyens de briser les clivages, d’engager la conversation et de promouvoir la diversité et le respect en ligne.» 

Le rapport peut être téléchargé sur: www.wacceurope.org/nohatespeech

Présentant le rapport lors du webinaire, la consultante du projet Francesca Pierigh a souligné l’importance d’accroître l’éducation aux médias. “Plus nous comprendrons comment le contenu est créé et partagé et comment il se propage sur Internet, plus nous serons en mesure d’empêcher la diffusion de contenu haineux”, a-t-elle déclaré. Il y a un besoin non seulement de «pensée critique» mais aussi de «clic critique», a-t-elle ajouté.
La journaliste hongroise Dóra Laborczi et Annegret Kapp, chargée de communication pour le Conseil œcuménique des Églises, ont partagé leurs expériences personnelles en matière de discours de haine en ligne. «La machine à haine en ligne est vraiment bien organisée», a déclaré Laborczi. «Chaque site critique à voix forte a ses propres trolls qui vous suivent et entretiennent ce genre de fausses conversations.» Elle a dit qu’en tant que femme journaliste, elle avait souvent reçu des messages de haine «vraiment sexistes». Kapp a déclaré que les comptes de médias sociaux publiant régulièrement sur des sujets tels que la religion, la migration, les droits des femmes ou tout ce qui a trait aux identités de groupe généraient souvent des réponses haineuses. L’accent mis sur les médias sociaux fait suite à un projet précédent de WACC Europe et de la Commission des Églises pour les migrants en Europe (CCME), qui a révélé des modèles généralisés d’invisibilité et de fausse représentation et a souligné la nécessité d’inclure directement les voix et les opinions des réfugiés et des migrants dans les récits les concernant.


Selon une enquête réalisée en décembre 2018 par la Commission européenne, la xénophobie (y compris la haine anti-migrants) est le type de discours de haine le plus courant signalé aux entreprises de médias sociaux. Il est important d’arrêter un «cercle toxique de discours de haine, d’actions de haine et de politique de haine», a déclaré le secrétaire général du CCME, Torsten Moritz, au webinaire. «C’est une question de crédibilité», a déclaré Moritz. «Nous savons qu’une grande partie de la communication de la haine est basée sur le fait que les gens ne font plus confiance à certaines institutions.»  Les églises sont appelées à rejeter tout discours qui rabaisse les gens, a déclaré Arni Svanur Danielsson, responsable de la communication à la Fédération luthérienne mondiale. «Lorsqu’il s’agit de discours de haine, nous avons besoin de courage pour dénoncer l’injustice, nous avons besoin de sérénité pour accepter que le changement puisse se produire plus lentement que nous ne le souhaitons, et nous avons besoin de sagesse pour nous guider alors que nous participons au discours, parlons pour la justice, et combler les divisions avec l’espoir », a déclaré Danielsson, qui en 2008 a été ordonné premier pasteur en ligne de l’Église évangélique luthérienne d’Islande.

Le projet «Briser les fractures des médias sociaux» a été soutenu par le Fonds Otto par Mille de l’Église Vaudoise en Italie. WACC Europe promeut la communication en tant que droit humain fondamental, essentiel à la dignité et à la communauté des personnes. Enracinée dans la foi chrétienne, la WACC travaille avec tous ceux qui se voient refuser le droit de communiquer en raison de leur statut, de leur identité ou de leur sexe.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.